Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Le budget 2020 a été voté le 27 février dernier...zoom sur quelques études inscrites en 2020

Le budget 2020 a été voté le 27 février dernier...zoom sur quelques études inscrites en 2020

Une vue des paysages aux sources de l'Aixette

Le dernier comité syndical de la mandature 2014-2020 s'est réuni à Boisseuil le 27 février 2020 pour voter le compte administratif 2019 et le budget prévisionnel 2020.

Pour plus d'informations sur le budget 2020, suivez le guide ↓

Quelles sont ses ressources ?

 

Zoom sur quelques études de ce budget 2020

Dans l’idée d’accompagner les communautés de communes dans la conduite des diagnostics en lien avec la mise en œuvre des PLUi et des PCAET, le syndicat s’est proposé d’initier plusieurs études non pas à l’échelle des territoires administratifs mais bien à celle des bassins versant.

 

Des études à l'échelle de bassins versant :

 

Inventaire des haies sur le bassin de la Briance

Depuis 2018, avec l’aide d’un service civique, une étude diachronique des haies du bassin de la ligoure entre 1950 et 2010 permet d'estimer le pourcentage de haies qui a disparu. En allant plus loin et avec un travail insensé de diagnostic de terrains, l’ensemble de la constitution et de l’état de ces haies a été cartographiée dans une base de données disponibles. Des extrapolations sur 19 dalles de 5 km x 5 km sur le reste du bassin versant de la Briance permet de découvrir des conclusions similaires. Le rapport final de ce travail sera bientôt disponible et remis aux intercommunalités du secteur.

 

Étude « Trame verte et bleue » sur le bassin de la Briance

Depuis cet été 2019, le Syndicat d'Aménagement du Bassin de la Vienne a engagé une étude sur l’ensemble des trames vertes et bleues du bassin de la Briance. Cette action du contrat territorial des milieux aquatiques est réalisée par le bureau ECOSAVE à partir d’inventaires réalisés par les associations naturalistes (oiseaux, chiroptères, campagnol amphibie et sonneur à ventre jaune) toujours financés dans le cadre du CTMA. L’objectif est de compléter les informations disponibles, les analyser à l’échelle d’un grand bassin versant pour fournir aux collectivités en charge de l’urbanisme des données et cartographies dépassant leurs limites administratives et gagner en cohérence de gestion. Ces données devraient être disponibles en 2020.

Étude « Habitats Milieux Usages Climat »

Le constat des sécheresses estivales récurrentes depuis plusieurs années a conduit le Syndicat d'Aménagement du Bassin de la Vienne a mené une étude, entre mars et septembre 2019, avec l’aide d’une stagiaire de l’Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs de Limoges (ENSIL). Elle visait à identifier les sous bassins versant les plus sensibles à ces nouvelles crises de la ressource en Eau. Pour ce faire, le travail a débuté par une analyse des débits et des milieux de chaque station de mesure présente sur notre territoire. Croisée à l’ensemble des prélèvements existants et aux usages de l’Eau (alimentation en eau potable, industrie, irrigation, abreuvement du bétail et présence de plan d’eau…), cette étude a finalement permis de croiser état de la ressource avec l’ensemble des besoins ou atteintes aux milieux pour définir une stratégie d’amélioration dans une perspective de changement climatique où ces crises vont sans doute se répéter. Il en ressort par exemple une carte de sensibilité des sous bassins versants aux étiages sévères :

Des réponses nouvelles et innovantes devront être apportées dans la cadre des renouvellements des contrats territoriaux des milieux aquatiques. La définition de Débits Minimums Biologiques (DMB) pour chaque rivière pourrait donner un objectif à atteindre…

Le rapport d'étude est disponible :

ici ! (pdf - 6,91 Mo)

 

Des études à l'échelle de cours d'eau :

 

Étude hydromorphologique du bassin versant de la Ligoure

 

Après l’état des lieux et le diagnostic de toutes les masses d’eau du bassin de la Briance, il a été noté que la ligoure souffrait d’une incision de son lit mineur non négligeable. Pour mieux comprendre les raisons de ces problématiques et apporter les réponses adaptées sans se précipiter à résoudre un problème localement si sa cause est située en amont, le Syndicat d'Aménagement du Bassin de la Vienne a confié une étude à ECCEL Environnement de manière à analyser l’évolution des débits de la rivière en adéquation avec son gabarit et la granulométrie des éléments qui constitue son lit. 6 stations de mesures (hauteur d’eau et température) ont ainsi été installées en aout 2019 et une quarantaine de transects d’amont en aval qui vont permettre de caractériser les substrats.

 

 

En enfin des études liant rivières et tourisme !...

 

Étude voie verte et passerelles sur la Vienne et des affluents

Depuis 2016 avec le travail sérieux de 2 services civiques consécutifs, le Syndicat d'Aménagement du Bassin de la Vienne a pu mettre en forme une étude de faisabilité d’un schéma d’aménagement de chemins de rives sur les bords de Vienne entre Limoges et Saint Junien. Ce schéma identifie des tracés de cheminements existants ou non et qualifie leur état. Il donne des perspectives de création et, en lien avec une connaissance des milieux humides et naturels remarquables, il oriente la politique d’acquisition foncière du contrat territorial des milieux aquatiques « Vienne médiane et ses affluents » de notre syndicat. Par ailleurs, il identifie également des possibilités de raccordement avec des cheminements ultérieurs vers la Briance, l’Aurence ou la Glane. Enfin, courant 2018, le Syndicat d'Aménagement du Bassin de la Vienne a eu l’opportunité de répondre à un appel à projets national porté par l’ADEME nommé « Vélos et territoires » pour lequel, nous avons été retenu et avons donc pu bénéficier de subventions pour conduire l’étude de 6 passerelles (carte de localisation). Cette étude, également soutenue par les fonds LEADER, a pu être confiée à IGIOA courant juin 2019, elle se déroule actuellement en lien avec les communes et communautés de communes. Intégrée dans le nouveau schéma régional des vélo-routes et voies vertes, il restera à conduire sa complète réalisation !

 

Étude d’une Réserve Naturelle Régionale

Après des inventaires sur les habitats naturels et un ensemble d’espèces classées d’intérêts communautaires sur tout le périmètre du Plan de Prévention du Risques Inondations de la Vienne entre Limoges et Saint Junien, il a été choisi d’étudier plus précisément le secteur entre le moulin de la Mie et le pont de la Gabie pour proposer un classement en réserve naturelle régionale. Cette perspective a conduit le Conservatoire d'Espaces Naturels Nouvelle-Aquitaine à réaliser un bilan complémentaire des connaissances sur le patrimoine naturel et les enjeux de préservation. Fort de tous ces éléments et conformément aux engagements, un dossier de candidature a pu être transmis aux services régionaux en novembre. Des contacts avec les riverains concernés ont également été pris…Désormais, attendons et voyons l’avis de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Plus d'informations, c'est ici ↓

La Vienne médiane vers une réserve naturelle régionale ?

 

Des perspectives à court terme : une étude sur les Zones d’Expansion de Crue (ZEC) et ruissellements

 

Avec la prise de compétence « GEMAPI», il y a désormais un nouvel item qui entre dans le champ de compétence de l’Etablissement Public d'Aménagement et de Gestion de l'Eau et qui concerne la prévention des inondations. Si le syndicat n’a pas d’objectifs de résultats à atteindre, il y a des objectifs de moyens qui doivent être justifiés…C’est en ce sens, que les services réfléchissent à proposer une étude qui va mettre les communes à contribution et l’ensemble de nos informations cartographiques. L’objectif est d’identifier les enjeux des inondations au-delà des débordements des cours d’eau cartographiés par les PPRi ou des atlas des zones inondables et, les problématiques de ruissellements connus sur les territoires (les événements pluvieux de juin 2018 en a mis beaucoup en évidence !). Il s’agira ainsi de mieux connaitre les zones d’expansion de crue connues, à restaurer ou à créer ainsi que les orientations d’actions à conduire pour la préservation ou la restauration des zones humides par exemple. Nous pourrions dès lors, peut-être définir des secteurs où des expérimentations spécifiques pourraient être conduites dans le cadre de nos contrats territoriaux des milieux aquatiques.