Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Les travaux de déconstruction du Gué Giraud ont débuté...

Les travaux de déconstruction du Gué Giraud ont débuté...

Le barrage du gué Giraud sur la glane est bien connu à Saint Junien. Pendant plus de 50 ans, ce barrage a permis d'obtenir une réserve en eau brute pour la production d'eau potable. Sans usage depuis 2010 en raison d'une connexion des réseaux d'alimentation en eau à l'agglomération Limougeaude, la décision de démolir le barrage a été prise en 2013 par la municipalité qui a chargé le syndicat de cette opération de restauration de continuité écologique...

Suite à un constat de dégradation de la qualité des eaux de la retenue liée à la présence récurrente de cyanobactéries et de cyanotoxines, associée à une retenue totalement envasée (près de 85 %) limitant les capacités de prélèvement à la quasi totalité du débit de la rivière en période estivale, la municipalité de Saint Junien s'est associée à Limoges pour alimenter la ville en eau potable.

Le barrage de 6 m de haut, de 36 m de long pour une épaisseur de 2 m est devenu sans usages. Couplé à une nouvelle réglementation de restauration de la continuité écologique de la rivière " la glane" classée en liste 2 au titre de l'article L.214-17 du code de l'Environnement, et, au respect d'une visite décennale de l'ouvrage pour des raisons de sécurité publique ; une remise aux normes aurait été couteuse et faiblement efficace...la démolition est actée.

Le chantier a pu débuté début mai 2017, il est prévu pour durer 6 mois, les étapes s'enchainent et les travaux avancent selon le calendrier prévu au faveur de la météorologie pour le moment très favorable.

 

Les grandes étapes du chantier

 

PHASE 1 : Travaux préparatoires d’accès au chantier

Afin de permettre aux camions et autres engins d’accéder aux rives de la Glane et au barrage, la route (rue du Gué Giraud, après le Châtelard) doit être aménagée : redressement de certains virages, abattement de quelques arbres...Des « bases de vie » seront installées (préfabriqués permettant de loger et apporter le confort minimum aux ouvriers), les abords du chantier seront sécurisés.

PHASE 2 : Création des espaces de retraitement et de circulation

Afin que les engins puissent circuler jusqu’à l’amont de la retenue, une digue périphérique à la zone de dépôt des alluvions sera construite. Elle délimitera une alvéole permettant de stocker entre 15 000 et 17 000 m3 d’alluvions récupérés lors du curage.

En amont du barrage, une plateforme de travail, sorte d’usine à sédiments, sera construite afin de les redistribuer sur place.

 

 

 

 

 

 

PHASE 3 : Création d’une première échancrure dans le barrage pour dévoyer la Glane

Afin de dévoyer la Glane de la vanne de décharge pendant la mise en place d’une dérivation définitive, une première échancrure (2 x 8 m) sera créée dans le barrage. La Glane pourra surverser à l’aval.

 

PHASE 4: Création d’un canal de dérivation de la Glane

Afin d’isoler la zone essentielle du chantier en rive droite de la Glane, une dérivation sera mise en place en rive gauche. La technique choisie est de créer un canal à ciel ouvert qui terminera sa course dans une chambre d’eau créée juste en amont des vannages où l’eau circule actuellement.

Une zone en aval du barrage sera également mise à sec pour travailler proprement. Il s’agit en effet d’éviter que les matériaux mobilisés soient transportés dans la rivière.

PHASE 5 : Déviation de la Glane, mise en assec de la partie à curer

Un batardeau, barrage installé sur une surface délimitée et permettant une retenue d’eau provisoire, sera créé sur la Glane en amont de la retenue du gué giraud. Il dirigera les eaux vers la dérivation, elle s’écoulera dans une chambre d’eau avant de rejoindre le lit aval via les vannages actuels. Cette dérivation sera d’une capacité estimée de 4 m3.s-1 qui correspond au débit moyen de la Glane entre avril et novembre. Une pêche électrique de sauvegarde permettra de récupérer les poissons afin de les relâcher dans la rivière en aval.

 

 

 

 

 

 

 

PHASE 6 : Finalisation des plateformes en amont du barrage pour sa démolition

Une fois la zone de travaux complétement asséchée, la plateforme d’accès sera finalisée pour permettre d’entamer la démolition définitive du barrage.

PHASE 7 : Curage des sédiments et traitement des berges et du lit mineur

Le traitement des sédiments présents dans le lit futur de la Glane en rive droite sera effectué à la pelle mécanique avec de longs bras. Les alluvions seront basculées dans l’alvéole créée par la digue de circulation. Le terrain naturel actuel dans la retenue devrait être remonté d’environ 2 m pour rejoindre, approximativement, la topographie du cheminement en rive gauche.

Les berges de la rivière seront alors renaturées avec des plantations d’essences d’arbres et d’arbustes adaptées sur environ 500 m. Le profil de la berge devrait favoriser des banquettes d’expansion des crues et la création de milieux plus humides.

PHASE 8 : Démolition du barrage

La démolition du barrage sera menée par sciage d’éléments de 1 m x 2 m pesant chacun près de 12 tonnes. Un maximum de béton et de ferrailles (environ 500 à 600 m3) sera évacué et retraité pour être réutilisé après concassage. Le barrage se retrouvera alors en petits éléments de 0 à 100 mm.

Une petite partie du barrage en rive gauche, le long du bâtiment, sera maintenue pour assurer le maintien des talus des berges amont en rive gauche de la Glane.

PHASE 9 : Repli de chantier

Une fois les opérations terminées, les entreprises évacuent l’ensemble des traces de leur travail et les accès seront remis en état.