Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Signatures des contrats territoriaux des milieux aquatiques de la Vienne médiane et ses affluents et bassin de la Briance

Signatures des contrats territoriaux des milieux aquatiques de la Vienne médiane et ses affluents et bassin de la Briance

Philippe Barry, président du Syndicat d'Aménagement du Bassin de la Vienne, Christian Vignerie, président du Syndicat Mixte Vienne Gorre, Sylvie Aymard, présidente du PETR Monts et Barrages, Martin Gutton, directeur général de l’agence de l’eau Loire-Bretagne et Nicolas Thierry, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de l’environnement et de la biodiversité, ont signé deux contrats territoriaux pour restaurer les milieux aquatiques et préserver les zones humides sur la Vienne médiane et ses affluents entre Limoges et Saint-Junien et sur le bassin de la Briance le mardi 17 janvier 2017

Les signataires des contrats ont pour objectif d’améliorer l’hydromorphologie des cours d’eau c’est-à-dire leur caractère naturel, de maintenir une activité agricole préservant les zones humides, de suivre et améliorer la qualité des eaux et des milieux et, d’informer, sensibiliser les populations aux politiques de l’eau.

 

Le territoire de la Vienne médiane et ses affluents comporte la Vienne entre Limoges et Saillat-sur-Vienne, avec l’ensemble des ruisseaux qui convergent directement vers elle, notamment les bassins versants de l’Aixette, de la Glane, de la Gorre et de la Graine. Un contrat spécifique a été conduit sur le bassin de la Briance car il s’agit d’un des sous-bassins versantsles plus importants de la Vienne.

Pour cela, ils ont convenu de programmes d’actions pour une période de cinq années. Les actions porteront en particulier sur :

  • une restaurationde la végétation rivulaire avec une gestion des embâcles,
  • des aménagement sagricoles pour faciliter l‘abreuvement sans détériorer les berges des cours d’eau,
  • des études et des travaux pour accompagner les propriétaires d’étangs et de seuils de moulins conformément aux réglementations en vigueur,
  • de nombreuses mesures d’accompagnement pour une meilleure gestion et préservation de toutes les zones humides : inventaire, plans de gestion, acquisition, mesures agroenvironnementales, conseils,
  • des suivis analytiques sur les algues, les invertébrés, les poissons, certains mammifères et amphibiens, les oiseaux qui donnent des enseignements sur la qualité des cours d’eau, et, des analyses plus précises sur les produits phytosanitaires par exemple,
  • des actions de communication avec la mise en œuvre d’un webdocumentaire ou la création d’expositions.

 

Les coûts prévisionnels de ces deux contrats sur la Vienne et la Briance sont respectivement évalués à 13 et 8 millions d’euros. Ils seront principalement financés par l’agence de l’eau Loire-Bretagne (taux moyende 60 %) et par la Région Nouvelle-Aquitaine, et complétés par le Département de la Haute-Vienne, par des fonds européens de type FEDER Loire et FEADER. L’ensemble des collectivités apportera près de 13 % alors que le soldereviendra aux acteurs locaux du monde agricole, des usagers, des riverains dans le cadre de conventionnements volontaires et amiables.

 

Face aux enjeux liés au domaine de l’eau, la Région Nouvelle-Aquitaine, s’affirme comme un acteur au service des territoires. « A travers cet engagement, notre volonté est de mettre en œuvre une gestion équilibrée des milieux aquatiques dans une perspective de développement durable », précise NicolasThierry, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de l’environnement et de la biodiversité.

 

Les contrats territoriaux préparés entre le Syndicat d'Aménagement du Bassin de laVienne, le Syndicat Mixte Vienne Gorre, le PETR Monts et Barrages, l’agence del’eau Loire-Bretagne et la Région Nouvelle-Aquitaine associent également 11 autres maîtres d’ouvrage et acteurs importants de la protection de la ressource en Eau et de la Biodiversité :

  • Le Conservatoire d'Espaces Naturels duLimousin,
  • Le Parc Naturel Régional Périgord Limousin,
  • La chambre d'agriculture de la Haute Vienne,
  • La Fédération Régionale des CIVAM enLimousin,
  • La Fédération Départementale pour la Pêche etla Protection des Milieux Aquatiques de Haute Vienne,
  • La Fédération Départementale pour la Pêche etla Protection des Milieux Aquatiques de Charente,
  • La Fédération Départementale des Groupementsde Défense contre les Organismes Nuisibles de la Haute Vienne,
  • L’Université de Limoges, à travers sonlaboratoire du Groupement de Recherche Eau, Sol, Environnement (GRESE),
  • La Société d’Etudes et de Protection desOiseaux en Limousin (SEPOL),
  • Le Groupe Mammologique et Herpétologique duLimousin (GMHL),
  • Le Conservatoire Botanique National du MassifCentral (CBNMC)

Les opérateurs agricoles, le Conservatoire d'Espaces Naturels du Limousin et le Parc Naturel Régional Périgord Limousin apporteront également un concours technique à la réalisation des actions pour les zones humides. La Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles, les Fédérations Départementales pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques, le GMHL, la SEPOL et le CBNMC travailleront sur des études et travaux pour restaurer les habitats et préserver les espèces des milieux aquatiques. L’objectif est de définir une trame verte et bleue.

 

Le suivi des milieux aquatiques et le bilan réalisé au terme du contrat permettront de vérifier si les résultats sont au rendez-vous ou, si nécessaire, de réorienter l’action.

 

Le contrat territorial est le cadre privilégié d’intervention de l’agence de l’eau Loire-Bretagne. Selon les enjeux des territoires, le contrat concerne un ou plusieurs thèmes : les pollutions diffuses, la restauration des cours d’eau, les zones humides ou la gestion quantitative. Il réunit les acteurs du territoire sur des enjeux identifiés et partagés et facilite la convergence des actions.

Article populaire 18 janvier 2017 (pdf - 1,07 Mo)